Aquafin : nous voulons un avenir durable dans tous les domaines

Chez Aquafin, la moitié des collaborateurs se rendent au travail à vélo. C'est l'un des succès de la politique de mobilité incitative menée par cette entreprise environnementale.

Partagez cette interview
LinkedIn Facebook Twitter

Aquafin adhère aux principes de la responsabilité sociétale des entreprises, ce qui a également un impact sur la mobilité et le travail hybride. « L'un des piliers de notre politique RSE est l'écologisation de nos activités », déclare Sabine Schellens, directrice des RH et du développement de l'organisation. « C'est évidemment basé sur notre vision : nous voulons un avenir durable pour tout ce qui concerne l'eau. Mais cela ne s'arrête pas là. Au niveau de la mobilité, nous nous attelons à la réduction de nos émissions de CO2. Aujourd'hui, 25 % de notre flotte automobile est verte. Quand des collaborateurs choisissent un véhicule de fonction, les Ecoscores déterminent leur budget et les possibilités. »

Les collaborateurs d'Aquafin sont de plus en plus nombreux à choisir le vélo pour effectuer les trajets entre leur domicile et leur lieu de travail. « Environ 1 collaborateur sur 3 a adhéré au plan de leasing vélo que nous avons lancé l'année dernière. La moitié de notre personnel se rend au travail à vélo de temps en temps, voire chaque jour. Ce n'est pas rien pour une entreprise comptant 1 100 travailleurs. Notre offre comprend également des vélos électriques partagés et des voitures partagées au GNC et à l'électricité, et nous encourageons le covoiturage », explique Sabine.

Nouvelle organisation régionale

Aquafin veille également à ce que ses collaborateurs passent moins de temps sur la route. « Depuis plusieurs années, nos collaborateurs du siège social ont à leur disposition des bureaux satellites et des lieux de travail flexibles, ce qui leur permet de travailler près de chez eux. Le 1er janvier, nous mettrons en place une nouvelle organisation régionale pour la composition des équipes dans les stations d'épuration des eaux. L'un des paramètres de base importants était la réduction du temps passé en voiture. Sur la base de cet exercice, ces collègues parcourront au total 500 kilomètres de moins par jour pour les trajets domicile-travail. »

« Actuellement, nous appliquons pleinement le travail à domicile. Ce sera également un important exercice d'équilibre pour la période après le coronavirus. Nous voulons donner à nos équipes la liberté de s'organiser selon les modalités d'une CCT qui fixe le cadre. La combinaison entre, d'une part, l'orientation qu'une organisation souhaite prendre et, d'autre part, des options qui répondent aux désirs de tous les individus est importante pour pouvoir réaliser ensemble une politique verte », conclut Sabine

L'heure est venue !

La manière dont nous organisons le travail et la mobilité se trouve à un moment charnière. Il est temps pour les organisations de replacer l'employé au centre de la nouvelle norme et de donner une place de choix au travail hybride.

LIRE LA CHARTE